A.O.P. Fitou Domaine Grand Guilhem

fitoubouteille_fitou

Photo Pascal Huit

Production moyenne annuelle : 11 000 bouteilles

Fitou 2012 : 12,50 € par bouteille de 75 cl, Fitou 2011 : 13 € par bouteille en 75cl et 9,80 € par bouteille en 50 cl
Fitou 2010 : 13,50 € par bouteille en 75 cl
Fitou 2008 : 29,90 € en magnum
Fitou cuvée Angels 2012 : 27 € par bouteille de 75 cl (issu d’une parcelle plantée en 1892, 80% carignan – 20% Grenache, vinification intégrale en barrique, production de 1 136 bouteilles – vin d’exception)
départ cave

Domaine Grand GUILHEM ET ANGELS FITOU

Terre de Vins de novembre/décembre 2012 adoooore le Fitou Angels
C’est pas tous les jours qu’un Fitou cache une bouqet de roses… et une expression si classieuse ! L’habit est splendide, d’un grenat profond, le nez racé alant de la mûre sauvage au laurier odorant, en passant par des notes cacao et olive noire. (…) Il offre une matière charnue tendue sur une arrête acidulée. Angels 2011 est à réserver aux amateurs de renouveau, ce n’est pas un Fitou « tradition » même s’il rend hommage aux Corbières. Un grand jus qui peut attendre en cave. Aujourd’hui avec un boeuf carottes, un confit.

Les citations
*** Guide du vin Bio Carité 2014, ** Guide Solar, Vin très réussi Fitou 2011 ** Guide Hachette, * Guide Vins Bio « Le sang de la terre », Grand Guide des vins de France  (Michel Bettane & Thierry Desseauve), L’Express, La Revue des Vins de France (« Les domaines phares de l’appellation »), Cuisine et Vins de France (« Nos 500 meilleures bouteilles »), L’amateur de cigares, N7, Saveurs, Midi Libre, Vinum (Europas Weinmagazin), Guide Ellébore « Vins, vignobles et vignerons », *** 1001 Dégustations, Médaille d’Or Guide Gilbert & Gaillard des meilleurs vins de France 2013 ( noté 85/100), Le Point : « Grand Guilhem sélectionné parmi 49 Fitou dégustés à l’aveugle », « Satisfecits 1ers Grands Vins du Languedoc » Guide Dussert-Gerber 2014, 89/100 Decanter, 92/100 Flavours from France pour Angels 2012, Terre de Vins, …

Vin sélectionné par www.1001degustations.com

« Sous nos latitudes, de rares pionniers ont ouvert la voie que d’autres empruntent aujourd’hui. Prouvant que l’élégance, la complexité et l’harmonie ne sont pas l’apanage des régions plus septentrionales, que les terroirs méridionaux portent en eux des trésors de délicatesse qu’il importe de révéler. Cela exige de la part des vignerons beaucoup de sensibilité et de savoir-faire et, de la part des amateurs, davantage de curiosité et d’attention. »

Marc Médevielle – Terre de Vins

« La nouvelle cuvée « Angels », ornée d’une belle étiquette, affiche d’ores et déjà l’élégance des vieux acteurs de cinéma, je pense à Jean-Louis Trintignant en écrivant cela. C’est un paysan noble à la carrure bien proportionnée et à la chair diablement goûteuse » >>> Cliquez ici pour lire l’article

Michel Schmith – Les 5 du Vin


Les objectifs
Se rapprocher du raisin, qu’il y ait une ligne droite du raisin jusqu’au verre et, dans l’autre sens, comme un flash-back.
Faire un vin très soyeux, une matière dense dans un gant de velours.
Faire un vin fidèle, qu’il n’y ait que le terroir qui parle.
La minéralité comme source de finesse dans le vin; un vin qui a du minéral permet de naviguer sur tout un repas : avec des plats fins, il reste délicat, avec des plats plus corsés, le vin s’élargit.
Ce qui fait la grandeur des vins français, c’est la longueur en bouche. Un vin explosif n’a pas de longueur en bouche. Un vin plus austère au départ, mais plus centré en bouche, s’épanouit avec plus d’élégance et de complexité dans le temps.
Renouer avec une culture languedocienne de la finesse, celle des troubadours

 

Le terroir
Des sols de schistes, très vieux, très filtrants, aérés et maigres, avec un paysage intimiste de petites parcelles

La taille
Choix de la taille traditionnelle en gobelet. Pour le Midi, c’est la taille la plus adaptée au climat du fait de l’ombre qu’offre le feuillage, de la charge plus faible par bras et de trajets de sève plus réduits permettant une meilleure alimentation des grappes. Les sarments sont broyés et se dégradent en apportant de l’humus au sol.

Le travail à la vigne
Le travail du sol (au chenillard pour ne pas tasser) permet de faire coïncider maturité alcoolique et phénolique. Pas besoin de vendanger tard et c’est déterminant pour la finesse, le vin est plus détendu. Les acidités sont plus élevées, les équilibres plus justes. De même, l’abandon des engrais chimiques depuis 11 années a fait remonter les acidités. Plus le sol est vivant, plus la plante travaille normalement sur des charges faibles, plus le raisin est équilibré. Dans cette optique, tous les produits chimiques de synthèse sont prohibés (ni désherbants, ni insecticide, seuls le souffre et le cuivre sont utilisés pour les traitements). Ainsi, l’intégralité du vignoble est engagé dans le respect de mode de production biologique (organisme de contrôle ECOCERT).

Les cépages de l’assemblage
Le bassin méditerranéen est une région de métissage, c’est notre culture, c’est le climat qui veut ça.
40 à 50% de très vieux Carignan, selon les millésimes, à environ 15 hl/ha.
Il y a l’authenticité languedocienne, qu’on ne retrouve pas ailleurs en France, avec le Carignan, ses parfums de fruits noirs et de cuir. Il offre beaucoup de minéralité, de race. A très faible rendement, il est source de puissance, d’amplitude et initiateur de la couleur riche et profonde.
35 à 45% de Grenache Noir, en moyenne à 20 hl/ha.
Le grand révélateur des sols, la marque du terroir, c’est le Grenache. Il apporte à la fois souplesse, moelleux, finesse, onctuosité et velouté.
Environ 15% de Syrah à 20 hl/ha.
La Syrah, c’est une « Lolita », elle a un côté racoleur. Elle doit servir de médiateur entre Grenache et Carignan et apporte alors esprit, élégance et longueur en bouche. Au Grand Guilhem, les Syrah sont exposées sud-est et ramassées à maturité car la surmaturité banalise; on ne sait plus sur quel terroir on est et on se retrouve donc à la merci d’une non-identification du produit.
Enfin, depuis le millésime 2005, une petite parcelle de 36 ares de Mourvèdre vient compléter l’assemblage ; ce cépage « capricieux », très peu utilisé dans le Haut Fitou, assure une bonne valorisation des cépages qui l’entourent, apporte des arômes de baies sauvages et une quantité de tanins concourant à l’aptitude au vieillissement.

L’éraflage
Les vendanges sont manuelles et sélectives. L’éraflage en totalité concourt à diminuer l’acidité dans les vins, ou plutôt la sensation acide, à les aplanir. La rafle, quand elle est mûre, peut amener cette forme d’austérité qui est aussi de la classe. Ainsi, selon les millésimes, jusqu’à 25% des baies de Carignan et Syrah ne sont pas éraflées.

La vinification
Un grand vinificateur, c’est sûrement celui qui se contente d’accompagner intelligemment la transformation et l’élevage de très grands raisins. Le choix est d’assembler les raisins à la cuve, que tout se fonde au plus tôt. Cela va aussi dans le sens de la finesse; l’assemblage a posteriori est un choc.
La fermentation alcoolique se déclenche à partir des seules levures indigènes.
Une macération plutôt longue – 3 semaines -, pour enlever la dureté des tanins.
Des délestages car l’aération donne plus d’élégance.

Le bois
Très souvent, les vins que l’on goûte aujourd’hui ont un profil aromatique axé sur le fruit et les caractéristiques olfactives du bois (vanille, grillé, fumé, clou de girofle, …). Trop d’impressions sont liées au bois et écrasent l’expression du terroir. Notre région dispose d’un extraordinaire potentiel de grand terroir. Il faut alors rechercher l’expression des notes liées à la terre, aux riches senteurs épicées qui nous entourent. Pas de bois depuis le millésime 2003 du Fitou Grand Guilhem. Cependant, pour le millésime 2011, une vinification intégrale en barrique a été menée pour produire une cuvée très particulière issue d’une parcelle de Carignan (80%) et Grenache (20%) plantés en 1892 ! oui, c’est bien celà, plus de 120 ans… Lors de Millésime Bio 2012, où la cuvée était présentée en avant-première, 3 importateurs nous ont signifié qu’il s’agissait pour eux du meilleur vin du salon (sur 500 exposants !). A suivre…

La dégustation
Très souvent, les conditions de dégustation des vins font la part belle aux sensations instantanées, donc caricaturales. Les vins sont dégustés très rapidement après ouverture, sans laisser le temps aux sensations plus fines de s’exprimer.

Le gamme de Fitou disponible à ce jour (millésimes 2013, 2012 et 2011) a fait l’objet de commentaires très élogieux dans le Guide Dussert-Gerber des Vins 2012 – le domaine, dans sa globalité, ayant reçu un « satisfecit » : les grandes satisfactions, ceux qui se distinguent depuis une dizaine d’années et dont le talent est confirmé. Ils peuvent prétendre au Prix d’Excellence.
Au sommet. Coup de coeur pour le Fitou 2011, issu des cépages Carignan, Grenache noir, Syrah et Mourvèdre, élevé durant 18 mois en cuves béton, un vin sans collage ni filtration, de bouche puissante, de belle matière, aux tanins bien fermes, au nez dominé par les sous-bois, un vin qui a beaucoup de structure. Beau 2013, de belle couleur grenat, séduisant, au nez de sous-bois et de griotte, associant finesse et charpente, avec des tanins savoureux, d’excellente évolution. Le Fitou 2012, aux arômes de fruits noirs mûrs et d’épices de la garrigue, est un vin puissant et charpenté, savoureux, qui mêle finesse et structure. Prix très sages. Pas la moindre hésitation.

Le vin à table
Les grands plats sont masqués par les vins lourds et pommadés; il leur faut de la subtilité. Ce que les gens laissent à table, ce sont les vins lourds, confiturés. Ce qui créé la finesse d’un vin, ce n’est pas la faiblesse de l’alcool, c’est l’importance de la sensation acide, de la fraîcheur.
Température de service : de 16°C à 18°C

Quelques alliances gastronomiques :
2011 : Un grand vin de garde mais qui peut être bu dès aujourd’hui avec un veau marengo, brochettes ou gigot d’agneau, noisettes d’agneau poêlées aux figues, lapin au thym, paella, pigeonneau, rôti de porc, simples grillades, sanglier, steak au poivre, chevreuil, fromage.
2010 : Thon à la braise, boeuf bourguignon, coq au vin, agneau au four, civet de canard, daube de canard aux pâtes fraîches, filet de caneton au jus de pommes de terre, poulet au miel des garrigues, côte de veau, filet de boeuf en croûte, noisette de chevreuil sauce au poivre, cailles farcies aux pruneaux, civet de marcassin, noix de sanglier aux baies sauvages, fromages.
2012 et Angels 2012 : En bouteille; peuvent être bu dès aujourd’hui mais un peu de patience ne sera que mieux…

Guide Hachette 2014, Guide Bettane & Desseauve 2014, « Lauréat 1er Grands Vins du Languedoc » du Guide Dussert-Gerber des Vins 2014
Un vignoble en agriculture biologique certifiée Ecocert. Leur Fitou 2012, encore disponible ne magnum, vendanges manuelles sélectives, 40% de Carignan, 47% Grenache noir, 11% Syrah et 3% Mourvèdre, élevage 18 mois en cuve béton, un vin sans collage ni filtration, m’a particulièrement séduit, de belle couleur grenat, encore jeune, au nez de sous-bois et de griotte, associant finesse et charpente, avec des tanins à la fois riches et savoureux, d’excellente évolution. Le Fitou 2010, 47% de Carignan, 37% Grenache noir, 14% Syrah et 2% Mourvèdre, corsé, aux tanins soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, réglisse), mêle finesse et structure. Pas besoin d’hésiter.
Guide Hubert Vins du Sud 2014, **** Guide Vin Bio Carité 2013-2014, Guide Gilbert & Gaillard.
Fitou Angels 2011 : **** Guide Hubert des Vins (Pierre Casamayor) : un fruité confit, vanillé, avec une bouche riche, sur les fruits rouges rôtis, de la réglisse, des tanins bien veloutés et épicés. Attendre avant un confit de canard.


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.